Avec le printemps, les naissances connaissent toujours un regain d’activité. En effet, la femme enceinte évite ainsi les chaleurs estivales et avec la facilité de programmer bébé, c’est la saison où le pic d’accouchement est le plus fort. Choisir un prénom n’est pas toujours facile et beaucoup de parents sont hésitants. On peut noter que l’originalité l’emporte souvent et parfois les officiers d’état civil sont obligés de saisir la justice, dans l’intérêt de l’enfant.

Le prénom suit l’enfant.

Beaucoup de parents ne pensent pas que le prénom choisi collera à l’enfant pour le reste de sa vie. Certains sont tout à fait appropriés à un enfant, mais beaucoup moins à un adulte. Les répercussions peuvent être importantes pour l’enfant quand il rentrera dans la vie sociale et le monde du travail. Le choix est complètement libre depuis 1993, cependant, il est tout de même encadré, il ne doit ni être grossier, ni ridicule. Lorsque la famille va faire la déclaration, il se peut que le prénom ne soit pas accepté dans l’intérêt de l’enfant.

La justice et l’attribution du prénom.

La justice peut être saisie si le prénom choisi présente un réel risque de moquerie pour le bambin. Le cas s’est produit par exemple avec Titeuf, la famille est alors tenue d’en changer, si elle ne le fait pas, ce sera la justice qui attribuera le prénom. Elle peut aussi intervenir quand l’association prénom et nom est préjudiciable.

Le prénom : Un choix réfléchi et important.

Il est préférable de faire attention au choix avant que la justice soit obligée de se saisir du dossier. Pour cela, éviter les prénoms de personnalités connues qui peuvent très vite poser problème particulièrement au moment de l’adolescence est nécessaire. De plus, faire bien attention à l’association du patronyme est souhaitable.

Cet article est tiré du site :

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE