On entend souvent parler d’hernie discale. On l’évoque à chaque fois qu’on ressent un petit mal au dos et à la moindre recherche sur internet, ça sort dans les premiers résultats.

Alors, au lieu de se lancer dans des spéculations aussi absurdes les unes que les autres, il faut comprendre avec des mots qu’on connait. C’est ainsi qu’on arrive à prévenir et soigner la hernie discale efficacement.

Une hernie discale, c’est quoi ?

Pour commencer, la hernie discale est une maladie réelle ayant ses symptômes, sa définition, ses origines et ses facteurs de risque. Sauf que pour pouvoir comprendre la maladie, il faut comprendre l’anatomie.

De l’anatomie…

La hernie discale est une maladie de la colonne vertébrale. C’est une maladie qui concerne donc les os. Il faut savoir que la colonne vertébrale touchée par cette maladie est composée de 24 vertèbres allant du cou au bassin. Entre elles, il existe des disques avec des fibres et des noyaux gélatineux.

C’est ces disques qui permettent le mouvement de la colonne et par conséquent, le mouvement du dos sans pour autant se détacher les unes des autres.

… à la pathologie !

La hernie discale est une sorte d’inflammation des disques intervertébraux. Il faut voir ça comme une boule de gélatine qui augmente de volume et commence à se sentir à l’étroit dans son emplacement. L’enveloppe qui l’entoure se fragilise et peut même aller jusqu’à se rompre.

Comme la colonne vertébrale est en communication avec d’autres structures, elle risque de comprimer des veines et des nerfs qui passent par ce canal. C’est ce qui nous amène aux symptômes.

Des chiffres alarmants !

Avant de passer aux symptômes, sachez qu’il en existe un grand nombre de gens qui souffrent de cette maladie. Avec le style de vie stressant qu’on mène, de plus en plus de gens commencent à en souffrir d’une façon chronique.

Du coup, c’est un peu rassurant de savoir que vous n’êtes pas rares à en souffrir. Mais, c’est également alarmant pour la médecine si on sait que la plupart des gens n’y prêtent pas assez d’attention à l’apparition des premiers symptômes.

Des symptômes…

Ces symptômes en question dépendent de l’avancé et du stade de la maladie. Généralement, on ne se rend compte d’une hernie discale que quand d’autres structures sont touchées, principalement les nerfs. Et quand on touche les nerfs, c’est la douleur assurée.

Alors, la douleur est le signe le plus clair en hernie discale. Mais, il y a aussi la difficulté du mouvement à cause de la compression des nerfs qui sont aussi moteurs. Cette douleur peut être localisée ou tout simplement diffuse vers la jambe faisant allusion à ce qu’on appelle la sciatique.

En ce qui concerne la confirmation du diagnostic, il n’y a qu’une seule méthode : l’examen radiologique. Une simple radio du dos peut être suffisante. Toutefois, on peut parfois recourir à une IRM pour un examen plus poussé.

Des facteurs de risques…

Les facteurs de risque sont un peu flous. En fait, on reconnait l’existence d’une composante génétique dans la survenue de la hernie discale. Mais, généralement c’est l’hygiène de vie qui y contribue réellement.

Le surpoids, le manque de calcium qui fragilise les os et les cartilages ainsi que le manque de musculatures sont les plus grands facteurs de risques de la hernie discale. Mais, parfois, ça peut survenir d’une manière inexpliquée chez un individu en très bonne santé.

La grossesse aussi ou les mauvaises postures comme la position assise pendant longtemps favorisent aussi sa survenue. Le sexe masculin, bien que ce ne soit que statistiquement prouvé, en souffre plus que les femmes. La grande taille aussi semble avoir un lien avec (une bonne nouvelle pour les petites personnes !).

Des complications !

Pour les complications, la plus répandue est surement la sciatique. C’est aussi celle que l’on peut vite rattraper. Ceci dit, il en existe de bien pires. On ne retiendra ici que la rupture du disque qui peut mener à une paralysie des membres inférieurs. Mais, ça reste assez rare.

Prévenir est mieux que guérir !

Si vous ne lisez cet article qu’à titre informatif, cette section vous concerne surement. Il vous suffit de savoir comment prévenir la survenue de la hernie discale pour ne jamais en entendre parler.

On change ses habitudes alimentaires

Le but dans ce changement est de perdre du poids afin de garder une morphologie favorable. Ceci concerne beaucoup d’autres maladies aussi. Il suffit de manger équilibré. Mais, comme on parle d’os, il en faut du calcium. Diminuer le café et le thé est aussi un bon moyen pour préserver ses os.

On s’active

Non seulement pour perdre du poids, mais également pour se muscler, faire du sport est le meilleur moyen de prévention. Si vous n’aimez pas suer, vous pouvez pratiquer du yoga qui est très conseillé en cas de hernie discale ou de sa prévention.

Pour les gens qui n’ont pas beaucoup de temps, il suffit de s’appliquer à avoir une heure de marche par jour et le tour est joué. Il suffit simplement de rentrer du boulot à pieds ou de laisser tomber la voiture pour les courses.

On règle sa position

Quand on s’assied, il est important de garder un alignement du dos qui préviendra beaucoup de maladies comme la sciatique ou la hernie discale. C’est aussi très flatteur d’avoir un dos bien droit. Pensez aussi à votre image.

On dort bien

Ce n’est pas seulement des heures de sommeil que l’on parle mais aussi de sa qualité. En fait, c’est pendant la nuit que notre corps récupère. Il vaut mieux donc lui offrir ce qu’il mérite en repos. Pour se faire, il suffit de dormir assez et paisiblement.

Si vous voulez vous offrir le meilleur des sommeils, il serait peut-être temps de songer à troquer votre vieux matelas contre un bon matelas à mémoire de forme qui est très conseillé par les orthopédistes.

On prend soins de son dos en toute circonstance

En dehors du sommeil, de la nourriture et des postures plus ou moins ordinaires, il faut aussi songer à son dos quand on fait un effort. Il ne faut pas se lancer dans des exercices sportifs sans bien s’échauffer. Cherchez de l’aide aussi pour relever des charges lourdes. C’est toujours mieux que de passer le restant de votre vie à souffrir à cause d’un égo inutile.

Le mal est fait !

Si vous lisez ceci après avoir ressentis les symptômes, vous n’êtes donc plus à la phase de prévention, mais il faut passer aux choses sérieuses.

Consulter le bon professionnel

Le premier réflexe à avoir est d’aller consulter un médecin. Pour les problèmes de dos, un seul spécialiste peut vous aider, c’est l’orthopédiste. Au moins, il posera le bon diagnostic et à vous de décider après de ce que vous voulez faire.

Opter pour des traitements naturels

Une hernie discale n’est pas une fatalité et elle tend généralement vers la guérison par elle-même si on sait puiser des ressources de la nature. Il faut reprendre les mêmes mesures d’hygiène que pour la prévention et en rajouter quelques nouvelles.

Les massages par exemple peuvent être très bénéfiques dans ce cas. Il faut absolument éviter la sédentarité de peur de vous faire mal. Mais, ne poussez pas le bouchon trop loin non plus.

Suivre sa prescription à la lettre

Si vous avez consulté un spécialiste, il est primordial de suivre ses conseils à la lettre. Surtout ne vous prenez pas pour un savant en ignorant les corticoïdes sous prétexte que c’est mal réputé. Vous avez une inflammation qu’il faut absolument soigner.

Se laisser le temps de guérir proprement

Ne soyez pas impatient non plus et laissez le temps faire son œuvre. Ça ne va pas guérir en quelques heures, ne vous attendez donc pas à un miracle.

Les infiltrations, quand il le faut !

Des fois, des infiltrations d’anti-inflammatoires avec des antalgiques peuvent s’avérer nécessaires. Ça se passe certes chez le médecin, mais quand les autres traitements échouent, elles deviennent indispensables.

Quand l’opération s’impose…

A un stade assez avancé et quand le rapport bénéfices/risques est assez important, le médecin n’aura pas d’autres choix que de vous opérer. Généralement, l’opération a pour but de vous soulager. Mais, sachez que c’est surement le dernier recours si votre médecin vous la propose.

On évite les complications !

Après le traitement mené à bien, il faut continuer à faire des efforts et surtout beaucoup d’attention.

Faire du sport… doucement !

Si vous avez eu une hernie discale, il n’est plus question de faire des sports extrêmes. Privilégiez les sports doux comme le yoga, la dance et tout ce qui peut muscler votre dos en douceur sans aucun mouvement brusque.

Eviter les charges lourdes, même en dehors de la crise

Même si vous n’aviez pas ressenti la moindre douleur depuis des mois, il n’est pas question d’oublier sa maladie. Vous serez interdit de lever des charges lourdes à vie. Faites appel à des déménageurs pour vos déménagements si vous en avez besoin.

Continuer sur un style de vie sain

Pour l’hygiène de vie, ne faites pas d’écarts de conduite maintenant que vous n’avez plus de douleurs. Il faut rester vigilent et prendre soin de son corps pour ne pas faire face à une rechute qui peut être très brutale sur un terrain déjà fragilisé par un premier épisode de la maladie.

Cet article est tiré du site :

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE