Le parcours pour devenir traducteur.

Pour devenir traducteur professionnel, vous devez avoir un niveau Bac +5. Dans un premier temps vous devez valider une licence, qu’il s’agisse d’une licence en LLCER (Langues, Littératures et Civilisation Etrangères et Régionales) ou d’une licence en LEA (Langues Etrangères Appliquées). Puis, vous devez valider un master spécialisé dans la traduction. Bien souvent, les masters de traduction sont liés à l’interprétation pour avoir des compétences en traduction écrite et en traduction orale. Une alternative au master est d’intégrer une école de traduction.
Il est recommandé de maitriser plus d’une langue étrangère avant de faire appel à des traducteurs assermentés, diplômés et reconnus par les autorités. La maitrise d’une langue étrangère rare est aussi très appréciée.

Les compétences d’un très bon traducteur.

Il est donc nécessaire de maitriser au moins deux langues étrangères. Attention, lorsque l’on parle de maitrise d’une langue, il ne s’agit pas d’avoir quelques notions dans une langue mais d’avoir un niveau courant, d’être capable de communiquer dans cette langue, de comprendre un texte dans cette langue, de pouvoir rédiger des textes dans cette langue et surtout d’avoir une connaissance de la culture de cette langue.
Cependant, maitriser une ou plusieurs langues étrangères (appelées langues sources) ne veut pas dire qu’il faut négliger sa langue maternelle (appelée langue cible). Bien au contraire ! La langue maternelle est tout aussi importante : l’orthographe, la grammaire, la syntaxe et la culture doivent être parfaitement maitrisées.
Un traducteur professionnel doit aussi avoir acquis d’autres compétences : rigueur, respect du temps imposé, adaptation (registre, type de texte, différentes époques…).

Les débouchés :

Il existe plusieurs types de traducteur professionnel : le traducteur littéraire (en étroite collaboration avec un éditeur ou au sein d’une maison d’édition), le traducteur technique (un employé dans un domaine professionnel précis et qui fait des traductions en lien avec son domaine), le localisateur (il fait des traductions liées au domaine informatique et multimédia, le traducteur audiovisuel (il s’agit du doublage et du sous-titrage de films, séries, etc.), le traducteur assermenté (il fait la traduction de documents tels que les actes d’état civil par exemple) et l’interprète (traduction orale et simultanée ou consécutive).
Les traducteurs sont très demandés de nos jours, c’est un métier en pleine expansion. Cependant, cela ne veut pas dire que les jeunes traducteurs trouvent du travail rapidement, le problème est que la plupart des employeurs dans le domaine de la traduction exige au moins 2 ans d’expérience. C’est pour cette raison que de plus en plus de traducteurs se lancent en freelance (traducteurs indépendants) afin d’être totalement autonomes et indépendants.

Cet article est tiré du site :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here