le métier de chiropracteur

Le chiropracteur exerce une profession classée comme médecine manuelle et qui a pour but principal de soulager le patient de ses douleurs liées à la colonne vertébrale et au dos. Il a une parfaite connaissance du système neurologique et musculaire du squelette, ce qui lui permet d’établir un véritable diagnostic basé sur l’ensemble du corps de son patient. C’est un véritable spécialiste qui va d’abord faire un bilan médical, et va également assurer le repérage des points de blocage. Il s’assurera cependant avant de commencer le soin que le malade ne présente pas de contre-indications à cette pratique. Ensuite, il cherchera à comprendre l’origine des douleurs et c’est grâce à ce diagnostic qu’il pourra élaborer son plan thérapeutique afin d’y remédier. Il peut utiliser certains examens comme la radio pour mieux cerner l’état du patient, surtout au niveau des articulations et des os.

Il pourra alors observer les déplacements osseux dans les tissus viscéraux, le bassin ou le crâne. Ce sont souvent ces déplacements qui occasionnent des dysfonctionnements au niveau des organes, des tissus ou des muscles et entrainent un problème de déséquilibre de la posture qui lui-même induit des douleurs en différents points du squelette. Si vous souffrez de ce genre de maux, consulter un chiropracteur le plus rapidement possible est la meilleure de choses à faire.

Cette médecine s’exerce avec les mains effectuant des pressions douces et des manipulations qui ne traumatisent pas le squelette. Elles peuvent également être instrumentales ou assistées de façon mécanique, indirecte ou directe. Le thérapeute exerce sur une table spécialement dédiée à cet usage. Il peut venir à bout de différentes pathologies comme les hernies discales, les migraines, les lumbagos ou les torticolis ainsi que certaines douleurs dorsales, osseuses ou musculaires. Il permet ainsi aux patients de ne pas être obligés de se faire opérer ou d’éviter la prise de médicaments. Cette médecine douce, dont la pratique ne présente pas d’effets secondaires rencontrent un grand succès en France depuis quelques années.

Les soins peuvent nécessiter plusieurs séances, le thérapeute suit alors le patient durant quelque temps afin de le soulager durablement, il recourt également parfois à des exercices physiques ou prodigue des conseils concernant l’hygiène de vie durant la période de traitement afin d’en accentuer les effets bénéfiques. Il est à l’écoute, rassure et surtout adapte sa thérapie au patient en lui expliquant parfaitement d’où viennent ses douleurs et comment il va pouvoir y remédier. Il tient compte de la psychologie du malade afin de lui proposer les meilleures solutions. Ce climat de confiance indispensable lui permettra d’obtenir de meilleurs résultats. Il doit toutefois également avoir une véritable habileté manuelle. Il est également disponible afin de pouvoir prendre en charge l’urgence quand celle-ci se présente.

Depuis 2002, cette pratique est devenue légale et fait l’objet d’une réglementation fixée par la loi Kouchner, toutefois, la chiropraxie n’est pas prise en charge par la sécurité sociale, toutefois certaines mutuelles acceptent de participer aux remboursements. Elles restent rares en France, mais leur nombre devrait peu à peu augmenter. Devenir chiropracteur nécessite l’obtention d’un diplôme après le bac et des études en cursus universitaire de niveau bac + 6, validé par la méthode des contrôles continus et dont le contenu a une double vocation : l’enseignement théorique et l’enseignement pratique. Il existe aujourd’hui dans notre pays près de 900 chiropracteurs en exercice et ce chiffre devrait être en hausse dans les années à venir. La seule école habilitée à délivrer le diplôme de chiropracteur est l’Institut Franco-Européen de Chiropraxie qui est situé à Toulouse et à Paris. Un Bac scientifique est demandé pour y entrer. Cette profession est promise à un bel avenir dans les années qui viennent.

Cet article est tiré du site :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here