On entend souvent parler du nerf sciatique. Alors, que ce soit par curiosité ou parce qu’on en souffre, il est toujours bon de se documenter dessus. C’est un des troubles les plus communs de la population. Il génère des douleurs souvent insupportables. Toutefois, avant de s’attaquer aux solutions, il vaut mieux comprendre le trouble.

Le nerf sciatique… la sciatique !

Pour le carrou, ce qu’on appelle communément la sciatique est un trouble du nerf sciatique. Or, par abus de langage ou par facilité, on dit directement « sciatique ». On ne va pas s’étendre à parler en termes médicaux. Mais, on va tout simplement essayer de simplifier ou de vulgariser le trouble.

Une petite leçon d’anatomie…

Le nerf sciatique est un des nerfs les plus longs du corps humain. Il commence par un seul qui longe tout au long de la colonne vertébrale pour se ramifier en deux nerfs qu’on appelle les nerfs sciatiques. Ces nerfs se prolongent tout au long des jambes.

Crédit photo : entrainement-sportif.fr

Le rôle de ces nerfs est double. Non seulement ils assurent la mobilité des jambes mais également leur sensibilité. Alors, comme tout nerf sensitif, dès qu’il y a une petite inflammation, ça fait un mal de chien !

Une petite leçon de pathologie…

Les nerfs sciatiques sont sujets à des troubles nerveux. On reconnait surtout l’inflammation et la compression. Pour la compression, c’est un phénomène purement mécanique. En ce qui concerne l’inflammation, elle peut avoir des origines diverses dont la compression également.

Il est difficile de localiser l’inflammation du nerf sciatique en l’absence d’une pathologie sous-jacente, c’est-à-dire une pathologie qui a engendré cette inflammation. Ce qui nous amène à voir les facteurs de risque.

La sciatique… des facteurs de risque !

En premier lieu et pas des plus importants, on retrouve l’hérédité. Même si c’est une inflammation, on a retrouvé une composante héréditaire, génétique dans la survenue d’une inflammation du nerf sciatique. Mais ce n’est pas tout. Pour une personne ayant le gène, elle n’est pas forcément sujette au trouble.

Vient alors le problème d’hygiène de vie. Une vie sédentaire et un manque de musculature du dos peuvent entraîner une inflammation de la sciatique au moindre faux-mouvement. Ce qui nous amène au facteur suivant qu’est le faux mouvement.

Il en existe d’autres comme le surpoids, l’exercice excessif et sans échauffement ainsi que le port de charges lourdes pour un dos affaibli. Il y a aussi le stress, le tabac, l’alcool et la fatigue. Des pathologies telles que la hernie discale ou une inflammation virale peuvent aussi être à l’origine.

La sciatique… des symptômes qui ne trompent pas !

Les symptômes de la sciatique ne sont pas multiples mais très évocateurs. Ils vont de paires. Ce sont les douleurs et l’incapacité de bouger. Le dernier étant associé au premier généralement, sa présence évoque une avancée de la maladie non traitée.

Toutefois, la douleur reste très subjective. Elle diffère d’une personne à une autre et d’intensité. On peut la trouver sans une immobilité si on s’en rend compte dès le début. Mais, elle peut devenir insupportable et résistante aux antalgiques mineurs.

Le traitement de la sciatique repose donc et toujours sur l’abolition de la douleur.

Soulager la douleur, des solutions médicamenteuses…

Quand on a mal, le premier réflexe est d’aller voir un médecin. C’est un bon réflexe. Après tout, on a beau en parler, on ne sera jamais aussi expert que l’expert en matière qui est l’orthopédiste. Il saura vous conseiller et vous offrir l’aide qu’il vous faut pour arriver à bout de ce problème.

Les antalgiques

La première chose que votre médecin vous donnera, ce sera un antalgique. Généralement, il vous fera une injection dans le cabinet le jour même afin de diminuer un peu la douleur. Mais, il vous donnera aussi des antalgiques à prendre chez soi.

Généralement, quand la sciatique n’irradie pas vers toute la jambe et qu’elle n’est pas handicapante, l’inflammation partira d’elle-même avec un peu de patience. Et, il commencera par palier. Il ne vous donnera pas quelque chose de très fort dès le début.

Le schéma qu’on suit dans ce cas est de donner un antalgique mineur comme du paracétamol par voie orale. Quand cette thérapie échouera au bout de quelques jours, on passera vers quelque chose de plus fort et on ira même vers l’utilisation de la morphine si la douleur persiste.

Les anti-inflammatoires

Avec les antalgiques, on vous donnera également des anti-inflammatoires. C’est logique puisqu’on traite une inflammation. Pour ces derniers aussi, on tentera de ne pas en donner trop vu qu’ils sont assez forts pour le corps. Une corticothérapie sera peut-être de rigueur.

… aux solutions radicales…

Des fois, l’origine du mal peut être assez difficile à traiter par de simples anti-inflammatoires et il faudra passer aux solutions radicales et plus invasives.

L’infiltration de corticoïdes

Quand la cause est une hernie discale, l’infiltration de cortisone directement dans la moelle épinière reste une solution assez abordable. Celle-ci se passe généralement dans un environnement stérile qu’est le bloc opératoire mais constitue une opération à moindre risque.

L’opération

Même si elle est évitée parce qu’elle ne donne pas toujours des résultats incroyables, l’opération reste des fois l’ultime solution pour soulager le patient. Elle n’est pas sans risque et c’est pour cette raison qu’elle n’est considérée qu’en derniers recours.

… vers des solutions plus douces !

Toutefois, vous pouvez approcher le problème avec des solutions plus douces et surtout plus naturelles. Elles sont aussi à associer au traitement médical et ne vont pas interférer avec les consignes du médecin.

Changement d’habitudes

Quelle que soit l’approche que vous avez suivi, un changement d’habitudes est obligatoire afin de prévenir mais aussi de guérir la sciatique.

D’abord, le style de vie sédentaire est à abolir totalement. Il ne faut pas rester assis trop longtemps et il faut réapprendre à marcher au moins une heure par jour. Si on est obligé de passer des heures assis, il vaut mieux avoir un fauteuil adapté pour son dos.

Le stress, la fatigue excessive, l’alcool et le tabac sont aussi des choses sur lesquelles on peut travailler pour minimiser le problème. Mais il faut aussi pratiquer un sport en dehors des crises et muscler son dos.

Le matelas sur lequel on dort est également très important. Il vaut mieux opter pour un matelas orthopédique ou mieux encore, un matelas à mémoire de forme, très recommandé par les orthopédistes.

Les massages

Si vous le pouvez, faites-vous faire des massages. Un kinésithérapeute saura comment faire ces massages qui non seulement soulageront la douleur mais travailleront votre dos également.

Les plantes

Le traitement par les plantes est un des plus anciens de l’histoire de la pharmacie. D’ailleurs, les médicaments sont tous à base de plantes à la base. Et, comme chaque plante a ses vertus, en voici quelques-unes qui peuvent vous aider dans ce cas.

La plante des sportifs… l’arnica !

Cette plante est un antalgique ET un anti-inflammatoire. Elle est rare et on la retrouve aux sommets des montagnes. Ceci dit, cette plante est hautement toxique et il faut savoir l’utiliser. Il vaut mieux la garder pour un usage externe en cataplasme ou lotion.

Les fleurs du millepertuis…

Ces fleurs sont connues pour leurs effets antidépresseurs. Cet effet résulte de leurs effets sur les nerfs. Du coup, en cataplasme, ces fleurs peuvent apporter un soulagement sans égal.

La favorite de l’OMS… l’ortie !

C’est une plante spécialisée dans les douleurs arthritiques et sciatiques. On la retrouve sous forme de gélules recommandées par l’OMS. Mais, vous pouvez l’utiliser sous forme de tisanes ou d’infusions. Vous pouvez aussi l’utiliser en pommades ou cataplasmes.

Les exercices de rééducation

Le kiné peut aussi vous recommander des exercices de rééducations afin de prévenir le problème de la sciatique après sa survenue. Mais il existe aussi d’autres exercices de rééducation plus communs. C’est surtout du yoga qu’on parle.

Si vous voulez en savoir plus sur la sciatique, vous pouvez vous rendre sur nerfsciatique.fr. C’est un site spécialisé qui vous donnera plus d’informations sur ce que vous cherchez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.