Une intervention artistique s’exerce généralement dans le cadre d’un contrat ou une relation salariale. Ainsi, pour se produire en public, l’artiste doit être rémunéré. Cet article présente quelques pistes à travers lesquelles un artiste peut toucher sa paie après ou avant un spectacle.

La rémunération par le cachet

Le cachet est l’autre nom de la rémunération de l’artiste. Il représente la paie d’un artiste lorsque ce dernier est embauché pour se produire en scène selon le CDDU. Le terme « cachet » signifie salaire en échange d’un travail. Il s’agit en fait d’un moyen de rémunération plutôt forfaitaire, qui ne s’identifie pas à la durée ou au nombre d’heures de la prestation. Que la représentation dure deux heures ou cinq heures par exemple, l’artiste qui a été embauché recevra un cachet. Dans le cas présent, l’artiste devient salarié de la structure qui l’emploie, mais pour seulement quelques heures.

Pour les artistes intermittents du spectacle qui souhaitent ouvrir des droits à l’allocation chômage, ils doivent nécessairement justifier d’un certain nombre d’heures de travail : 507 heures pour être précis. En convertissant les cachets en heures (à raison de 12h par cachet), on estime de manière théorique qu’il faut 42 cachets afin d’ouvrir des droits. Il faut mentionner que la valeur du cachet peut varier selon les dispositions de chaque organisme social. Par ailleurs, dans le domaine du spectacle vivant, il est possible de payer les répétitions. Cette paie intermittent au cachet de répétition se fait en service de trois ou quatre heures. Cependant, elle est soumise à la convention collective à la laquelle l’employeur est associé.

La rémunération à travers l’auto-entreprise

Un artiste, qu’il soit un professionnel ou même un amateur, fait des œuvres d’art selon son domaine artistique. D’abord, il faut noter qu’il existe bien des situations dans lesquelles l’artiste peut intervenir. En dehors du fait qu’il peut intervenir en tant que créateur ou même dans des situations de diffusion, l’artiste peut également exercer en tant que formateur. Dans ce cas-là, il est appelé à transmettre à ses apprenants son savoir qui est ici son art. C’est dans ce sens qu’il intervient en collaboration avec des enseignants à des fins d’initiation et de transmission des savoirs.

Être rémunéré à travers une association

Il s’agit d’une pratique qui est plus ou moins acceptée d’un point de vue juridique. Elle est surtout utilisée par les groupes en développement. En effet, plusieurs artistes peuvent décider de s’associer pour exercer ensemble. Dans ce cas, en tant qu’association, le groupe est en droit d’éditer une facture qui lui permettra de récupérer les paiements de ses prestations de service.