La plupart d’entre nous veulent vivre des relations amoureuses longues, intenses et satisfaisantes.

La triste réalité, c’est que beaucoup d’entre nous vivent des relations dans lesquelles se succèdent des épisodes douloureux et des chamailleries constantes.

La question que nous avons tendance à nous poser est : “Pourquoi est-ce si difficile d’être heureux en amour ?”
Dans cet article, j’aimerais aider à trouver une réponse à quiconque pose cette question.

Pourquoi est-ce si difficile d’être heureux en amour ?

L’une des hypothèses les plus influentes, même si elle n’est pas universellement acceptée, vient de la psychanalyse et est que la grande aventure des relations commence dans notre petite enfance.

C’est le Dr John Bowlby, un psychanalyste anglais, qui a été le premier à établir le lien entre les conflits que nous avons dans les relations adultes importantes et les toutes premières expériences de relations avec notre mère, ou avec ceux qui nous aimaient.

Pour tracer ce lien, il est parti de sa propre expérience personnelle :

Né en 1907, il appartient à la classe moyenne supérieure anglaise.

Le petit Bowlby voit rarement ses parents et est élevé par un Tata qui, cependant, quitte la maison quand il a quatre ans, pour lui c’est une perte majeure.
À l’âge de sept ans, il a été envoyé dans un pensionnat pour recevoir une éducation adaptée à son statut social, mais il a souffert et souffert de ce nouveau départ de la maison.
Néanmoins, il devient un brillant médecin et un chercheur éclairé.

En 1950, en tant que consultant auprès de l’Organisation mondiale de la santé, il a publié un document de recherche intitulé “Maternal Care and Mental Health” (Soins maternels et santé mentale) dans lequel il a donné une opinion contrastée avec la croyance commune et établie que : “Le fait d’offrir des soins affectueux et de prêter attention aux enfants ne génère pas des adultes inadéquats et dépendants. Au contraire, les soins maternels favorisent le développement de la personnalité tout comme la vitamine D aide à renforcer les os.
Ce rapport marque le début d’une nouvelle ère dans laquelle de nouvelles recherches ont ouvert la possibilité de revoir toutes les théories pédagogiques et les pratiques hospitalières pédiatriques.

Les conséquences de la protection de la petite enfance

En 1959, il a écrit “Anxiety from separation” dans lequel il raconte en détail les conséquences d’une prise en charge inadéquate, prolongée dans le temps, dès la plus tendre enfance.

Il décrit le comportement des enfants séparés de leurs parents ; si la séparation dure trop longtemps, les enfants demandent impétueusement de l’attention et des manifestations d’amour, mais en même temps ils développent la conviction que de belles choses peuvent disparaître à tout moment.

Ces enfants grandissent avec le besoin d’être rassurés en permanence et s’ils n’arrivent pas rapidement et abondamment, ils deviennent très en colère.

Ils deviennent instables : ils perdent facilement courage, puis se rassurent, mais ils désespèrent à nouveau de retrouver du réconfort. C’est la dynamique émotionnelle sur laquelle le Dr Bowlby met l’accent en ce qui concerne l’attachement anxieux, une constante et fatigante des hauts et des bas émotionnels.

Le degré d’éloignement des parents peut conduire à d’autres types d’attachement, l’enfant peut ressentir un fort sentiment de vulnérabilité et devenir, comme Bowlby les appelle “éviter” : ils s’enferment dans leur monde pour se protéger et devenir distant et froid. Ils ont aussi désespérément besoin d’affection, de tendresse et de proximité, mais la recherche de ces choses les alarme et les évite donc. Ils ne peuvent pas vivre d’autres trahisons émotionnelles.

L’objectif de la recherche de Bowlby était le suivant : ” ce qui arrive à l’enfant s’il a trop de difficultés à créer un attachement sûr “.

En savoir plus : https://voyante.ch/medium-consultation/